Vers des jours meilleurs

Lorsque j’ai reçu mon diagnostic de cancer, ma vie entière s’est mise à tourner autour de la maladie : les tests, les comprimés, la chirurgie, la chimiothérapie… Je devais chaque jour composer avec mes besoins immédiats et leurs conséquences. J’ai pu recevoir mes traitements de chimiothérapie près de chez moi, mais ça n’a pas été le cas pour la radiothérapie. Je devais quitter ma campagne idyllique et passer plusieurs jours par semaine en ville. Je garais la voiture à deux ou trois rues de l’hôpital et m’y rendais à pied. Peu à peu, cette marche quotidienne en est venue à symboliser tout le processus du traitement. Il ne s’agissait plus simplement de me rendre à mon rendez-vous : je marchais vers des jours meilleurs.

Le tableau représente la rue où j’ai marché chaque jour cet été-là.

retour à la galerie